Village, Semène

 

Le village s’appelait Aubie, Julienne de Semène, première famille seigneuriale connue. Semène fut intégré à la baronnie de Saint-Didier avec le marquis de Nérestang.

La Semène (la rivière), arrose la baronnie de Saint-Didier, elle a un cours de quarante trois kilomètres environ dans une vallée sauvage et pittoresque, prend sa source dans un contrefort du Pilat, à Saint-Genest-Malifaux (Loire).

Elle entre dans la Haute-Loire, coule d’abord de l’Est à l’Ouest, arrose les communes de Saint-Victor-Malescours, la Séauve, Pont-Salomon, Saint-Ferréol, et, tournant vers le Nord, va se perdre dans la Loire, en aval d’Aurec-sur-Loire, au village de Semène.

Cette rivière a donné son nom au village de Semène situé à l’endroit où elle se jette dans la Loire.

 

Dans les actes du moyen-âge, il est souvent question du hameau d’Amba. On croit communément qu’il était ainsi nommé à cause de sa situation sur les deux rives du cours d’eau. Aussi loin que les documents historiques permettent de remonter dans le passé, nous trouvons une famille seigneuriale de Semène. Deux personnes de cette ancienne maison sont un peu connues. Julienne de Semène vivait vers 1300, elle fut mariée à Jean du Vernet, chevalier, seigneur d’Ouillas, près d’Aurec, qui sans doute, devait être parent de Morel du Vernet, seigneur de Grézieux.

En effet, en 1326, le comte de Forez, Jean 1er, reçut les fiefs et hommages de noble Girard, coseigneur de Yllin (diocèse de Vienne, Isère) comme tuteur de Jean et Béatrix du Vernet, seigneur de Grézieux, pour son château de Grézieux, leur grand hôtel situé à Montbrison, à coté de la maison de la baronnie du Vernet et, différente rentes.

L’année suivante, en 1327, Jean du Vernet, fils et héritier de Morel du Vernet, damoiseau, rend hommage au même comte de Forez pour les châteaux et la ville de Grézieux.

 

Rivière la Semène sur la Commune de la Séauve

Ledit hommage fut rendu, en l’absence du comte, à Bertrand de la Roue, son lieutenant, le 1er Aout 1327.

Julienne de Semène, épouse Jean du Vernet, mourut le 10 Aout 1350. Elle fut enterrée dans l’église de Saint-Maurice-en-Gourgois, par Benoit de Berchoux, chanoine du Puy, son parent.

Elle avait une fille, Blanche du Vernet, qui avait épousé, avant la mort de sa mère, Claude de Berchoux, seigneur de Berchoux et de Gourgois, capitaine châtelain du château de Cornillon.

Semène faisait partie de la seigneurie de Cornillon. Aussi les chevaliers et les seigneurs féodaux, établis ou possessionnés sur son territoire, rendait-il foi et hommage aux barons de ce lieu.

Une autre personne connue de cette famille est Pierre de Semène, moine de Valbenoite, qui, en 1406 assistait, comme témoin, au testament de Jacques Lagnieu de Mons.

Depuis, Semène a suivi les vicissitudes de Cornillon.

Elle a été intégrée à la baronnie de Saint-Didier, au moment ou le marquis de Nérestang étendait ses domaines, déjà considérable, à coup de livres ou d’épée.

La révolution, a rattaché Semène au département de la Haute-Loire et au canton de Saint-Didier.