La Haute-Loire

ON a beaucoup écrit sur le département de la Haute-Loire, c’est-à-dire sur l’ancienne province du Velay. Plusieurs bons ouvrages ont fait connaitre sa position topographique, son sol productif , les vues pittoresques et variées qu’il offre de toutes parts; d’autres ont traité de sa population , de ses ressources agricoles, industrielles et commerciales; des auteurs érudits et judicieux ont tracé son histoire et celle des événements et des révolutions qui l’ont agité pendant plusieurs siècles; la science a été fouiller jusqu’au sein de ses anciens’ volcans , et a mis à découvert ses trésors minéralogiques; sa Statistique est dans toutes les bibliothèques; enfin une Description géognostique, profonde et brillante , vient de déchirer le voile sous lequel la nature nous dérobait d’impénétrables secrets. , Mais ses monuments antiques ont été comme oubliés , et ce sont eux que je viens consulter. Puissai-je, du milieu des ruines, sauver quelques matériaux épars et presque perdus pour Histoire Puissai-je y découvrir ce qu’ont laissé de respectable et de grand, après eux, les Celtes et les Romains, afin d’en conserver et d’en transmettre le souvenir aux véritables amis de leur pays. Et puissent aussi les fils de l’antique Vellavie, en retrouvant les témoins de leur haute origine ,attacher toujours davantage à cette riche portion de l’ancienne Gaule , qui, loin , comme on l’a cru longtemps , d’être restée couverte de forêts et étrangère à toute civilisation jusque vers les premiers siècles du christianisme, peut montrer encore, dans les débris de ses vieux monuments, la preuve qu’elle a participé aux religieuses institutions de ces premiers sages, de ces druides qui ont fait germer , qui ont développé , chez nos pères, les principes immuables d’une saine morale et les hautes vertus qui assurent la gloire et la puissance des nations. Ce même intérêt prendra une force nouvelle,

Lorsqu’on reconnaîtra l’importance que les Romains, maîtres du monde pendant tant de siècles, ont mise à fonder de grands établissements dans la Vellavie, après l’avoir classée dans la province Aquitanique, et y avoir ouvert des communications faciles avec les chefs-lieux de leurs colonies.

Nous aurons à regretter, par exemple que, pour les temps antérieurs aux conquêtes de Jules César, pour ces temps où les dates manquent, il se soit trouvé peu de témoins à consulter, peu de preuves à mettre à l’appui des plus importantes découvertes. Au surplus, c’est ici la destinée commune qu’ils nous faut subir. On sait avec quelle adroite persévérance les premiers empereurs romains, tout occupés du soin de consolider, au loin, leur domination, s’attachèrent à détruire ce qui pouvait rappeler à la fierté gauloise, ses mœurs antiques , ses nombreux triomphes, son patriotisme ardent et généreux; et, si quelques monuments religieux ou héroïques sont restés debout , c’est que les pierres brutes et gigantesques implantées par nos pères , avaient  leur base jusque dans les entrailles de la terre; c’est que leurs temples n’avaient de voûte que celle des cieux; c’est que les masses celtiques , empreintes de la force et du génie de la nation , semblaient destinées à braver les siècles et à survivre aux monuments des arts et à la grandeur même des Romains.

Cependant, ces mêmes Romains ont laissé des traces imposantes de leur magnificence et de leur civilisation. C’est parmi les restes de leur polythéisme, c’est au milieu des débris de leur architecture et de leurs établissements, que nous allons rencontrer une foule d’allégories, de médailles, d’inscriptions , de bas-reliefs, de vases et d’ustensiles de toute espèce, qui peuvent servir à opérer des comparaisons ou des rapprochements curieux entre nos habitudes actuelles et celles du peuple conquérant _qui, pendant quatre cent cinquante ans, vint imposer à notre pays, ses mœurs, ses usages, sa religion et ses lois. On verra bientôt que l’ancienne province dont je cherche à approfondir l’histoire, fut une des premières qui se soumirent au joug du vainqueur, et qu’elle se distingua par sa fidélité dans ses promesses et par la sagesse de son administration. Commençons d’abord par fixer l’opinion sur la situation et sur la dénomination exacte de la Vellavie et de sa métropole. Quelque froide que soit une dissertation sur un tel sujet, elle devient indispensable ici, parce qu’elle doit servir à rectifier des erreurs accréditées par plusieurs ouvrages géographiques et littéraires.

La Cité Vellavienne a dû avoir, à peu près, l’étendue et l’arrondissement qui, dans les temps postérieurs, furent conservés au Velay, auquel elle a donné son nom. C’est à tort que dans plusieurs mémoires particuliers, dans Caylus, dans les Voyages de Pythagore, dans beaucoup d’autres écrits historiques, on a placé les Vellavi, ou Velauny, loin des frontières de l’Auvergne. La nomenclature des peuples cités par Pline, au livre III de son Histoire naturelle, lorsqu’il parle de l’inscription du trophée des Alpes, érigé à Auguste, paraît être la cause de la première erreur. Pline, en disant : Gentes Alpinæ devictœ, Triumplini, Caturiges …, Nerusi, Velauni, etc., n’a pas voulu dire que ces peuples étaient tous voisins des Alpes, mais il les fait considérer comme‘ un concours de peuples qui ornaient le triomphe du vainqueur. Ce sont les immortels Commentaires de César ; c’est l’itinéraire d’Antonin ; c’est la carte de Peutinger ; ce sont celles de Sanson et de D’Anville qu’il eût fallu consulter.

 Ces monuments, précieux pour l’histoire, ont déterminé la place des Vellavi au centre des Segusiani, des Arverni, des Helvii et des Ruteni ; c’est-à-dire, au milieu des peuples du Forez, de l’Auvergne, des Cévennes et du Rouergne.

Quant au nom, il a été souvent altéré, parce qu’on l’a écrit en différentes langues ; ce que nous prouvent l’inscription grecque d’une main symbolique, trouvée dans le Velay, portant le mot « ReÀauvlouç », et la dénomination de « ReÀÀauoc », donnée par Strabon, au livre IV de sa Géographie. César, dans ses Commentaires, livre VII, les appelle Velauni, et l’interprète latin de Ptolémée, Velavi ; mais ce qui doit fixer définitivement, ce sont les inscriptions qui nous restent du temps de la domination romaine, et dans lesquelles on retrouve les Vellaviens sous le nom de Vellavi, nom consacré, depuis, dans les auteurs et dans les géographies de D’Anville, de Guthrie et autres.

Il reste à déterminer maintenant celui de la principale ville de la Cité ; car, dans plusieurs ouvrages, on le trouve écrit Revessio et Rvessim. Cette variation provient de l’emploi ordinaire du V pour l’U dans les légendes et dans les inscriptions romaines, et de l’usage d’indiquer les distances dans les cartes itinéraires, particulièrement dans celle de Peutinger, par ces mots : à Ruessiò usquè ad lugdunum ; c’est-à-dire, depuis Ruessium jusqu’à Lyon. Et, comme on le voit, les copistes et les graveurs ont pu prendre l’ablatif pour le nominatif, mais la véritable dénomination nous a été conservée dans cette phrase du traducteur de Ptolémée : VELAVORVM civitas EST RVESSIVM ;

Une autre erreur a encore été commise: C’est qu’au lieu d’appliquer le nom de Ruessium à la petite ville de St-Paulien , on l’a donné à la ville du Puy; et , cette erreur peut se propager d’autant plus qu’elle se répète dans la Géographie comparée de Guthrie, dans les dictionnaires à l’usage des collèges, et jusque dans le nouveau Dictionnaire latin de Noël, où l’on trouve RUESIUM et même RUESICUM, le Puy en Velay, ou le Puy, Haute-Loire, tandis qu’on devrait y lire: RUESSIUM, ancienne capitale de la Vellavie, aujourd’hui St-Paulien, en Velay ou Haute-Loire.

Avec un peu de réflexion, cette erreur n’eût pas été faite, puisque, dans les mêmes dictionnaires, la ville du Puy se trouve désignée par le mot : Anicium qui lui appartient, comme, dérivant du mont Anis, sur lequel elle est située. Appuyé sur des autorités respectables, c’est donc des Vellaviens, de Ruessium, leur ville capitale, et des autres dépendances de la Cité dont je vais rechercher et rappeler l’antique existence.

Source de l’extrait :

Essais historiques sur les antiquités du département de la Haute-Loire

Charles Florent-Jacques Mangon de la Lande

http://books.google.com